+33(0)4 90 98 08 38

Recherche et innovation

bg-ref-titre
Accueil > Recherche et innovation
bg-page-gauche

Depuis sa création, A-CORROS s’engage en matière de R&D et consacre une partie de ses activités à l’amélioration de la connaissance des matériaux anciens, à la mesure de la corrosion et l’optimisation des techniques de traitements et de protection anticorrosion des métaux.

Bien qu’une grande partie de nos activités concernent le passé et les matériaux anciens, la recherche et l’innovation constituent l’un des axes fort de développement d’A-Corros…

Les archéologues cherchent à comprendre les vies passées pour mieux anticiper notre vie dans le futur.  Nous avons choisi d’appliquer ce principe pour les matériaux métalliques : connaître les métaux anciens nous permet de mieux diagnostiquer, de mieux préserver mais également de développer des matériaux innovants et des techniques de protection de ces derniers pour une meilleure durabilité.

Ainsi, depuis 2010, A-Corros a investi près de 450 000 € de fonds propres pour son secteur Recherche, Développement, Innovation et Analyses. Les recherches menées ont pour objectifs l’amélioration de la connaissance des matériaux anciens et de leurs modes de dégradation et l’optimisation des techniques de diagnostic et de traitements anticorrosion (stabilisation de la corrosion, nouveaux revêtements, etc).

Stabilisation par fluides subcritiques

Le principal sujet concerne la création de la première machine en Europe de stabilisation des objets archéologiques par les fluides subcritiques. Une révolution ! Etape par étape, et grâce au Crédit Impôt Recherche, véritable « lanceur de recherches » pour les TPE, A-Corros a franchi les différents paliers et offre désormais à ses clients la plus grande machine de traitement des objets archéologiques subcritique au monde, prix national de la R&D 2018 de l’INRAP. Cette machine, bien que prototype, révolutionne le process de stabilisation car elle permet à la fois de diminuer de 30 fois environ les temps de stabilisation des objets archéologiques (de 9 mois en moyenne à 9-10 jours) mais également de diminuer les quantités d’eau et de produits chimiques nécessaires au traitement. Elle est aujourd’hui effective sur les alliages ferreux et en développement sur les alliages cuivreux.

LABCOM LETRIP

Dans le cadre de ce projet de recherche, A-CORROS a développé un partenariat fort avec le Laboratoire d’Archéomatériaux et de Prévision de l’Altération du NIMBE, l’unité mixte de recherche n°3685 du CNRS/CEA plateau de Saclay qui a conduit après le cofinancement de la thèse de Marine BAYLE, à la concrétisation d’un programme LABCOM sur la période 2015-2020 financé par l’Agence Nationale de la Recherche (A.N.R) intitulé LETRIP : le Laboratoire d’Etudes des Traitements et Revêtements Innovants pour le Patrimoine. Ce projet vise à optimiser la stabilisation des alliages ferreux et cuivreux par les techniques subcritiques et créer de nouveaux revêtements pour leur durabilité.

Cette collaboration devient pérenne puisque qu’entre 2019 et 2022, nos 2 structures travaillent de concert sur un autre programme de l’A.N.R intitulé S.O.S : Save Our Shipwrecks, en collaboration avec le Département de Recherches en Archéologie Subaquatique et Sous-Marine du Ministère de la Culture (DRASSM) et le Laboratoire IPREM (UMR CNRS n°5254) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. L’objectif de ce programme est de diagnostiquer les épaves métalliques en vue de les protéger contre leur dégradation irréversible et de se servir des données acquises pour mieux protéger demain les infrastructures portuaires et navales. Quand préserver notre passé sert à conserver notre futur…

Projet DIAMOND

Sur sa thématique industrielle, A-CORROS œuvre également sur le projet innovant DIAMOND en collaboration avec le Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur les Matériaux (LERM, groupe SETEC), EDF et le Laboratoire Matériaux et Durabilité de la Construction de l’INSA de Toulouse, un projet visant à créer une gamme de sonde de mesure de la vitesse de corrosion des armatures dans le béton, adaptable à tous les milieux (enterrés et immergés), pilotable à distance, en temps réel.

Autres projets de recherche

  • Faisabilité du dessalement des pierres par électrophorèse : projet en collaboration avec le Centre Interrégional de Conservation Restauration du Patrimoine (CICRP) à Marseille.
  • La connaissance des fers puddlés : mieux connaître ce matériau, ancêtre de l’acier, afin de limiter le nombre de prélèvements sur site, de mieux anticiper son comportement mécanique et d’évaluer sa soudabilité dans le cadre des programmes de réhabilitation.

bg-page-droite